Drame,  Passion

Retour au paradis perdu

Gabriel était un torturé par les excès. Excès de chère, excès de boissons, excès de sexe.

– C’est dans ma nature, justifiait-il auprès de ceux qui s’inquiétaient pour sa santé.

– La bienveillance de la vie a des limites, répétait son père, quand ivre de tout, le ténébreux ange déchu s’en revenait au logis après plusieurs nuits d’abandon.

L’excès était pour cette force de la nature l’instant où il perdait pied, où son cœur battait au point de vouloir briser la cage d’os où il était enfermé.

Et c’est ce qui se passa un soir que Gabi, pour un pari, traversa l’eau glacée du canal. L’autre rive le toucha, froid comme la pierre glacée par un hiver particulièrement rude. L’âme de celui qui ne se sentait vivant qu’aux moments extrêmes atteignit l’autre rive, celle qui nous attend toutes et tous avec ou sans excès.

Connectons-nous

26 commentaires